RÉDUIRE

ACHEMINEMENT DES PRODUITS : RÉDUIRE NOS ÉMISSIONS DE CO2 EN UTILISANT LE TRAIN

Grâce à la réalisation de notre Bilan Carbone en 2015, nous avons réalisé que l’acheminement de nos produits émettait 11% des gaz à effet de serre liés à notre activité. Fort de ce constat, nous avons bouleversé ces dernières années notre manière d’acheminer nos produits avec des actions concrètes. Nous nous sommes aussi confrontés à certaines limites : de nouveaux challenges à lever dès les années à venir.

Le Bilan Carbone réalisé avec la Fondation GoodPlanet en 2015 souligne le fait qu’acheminer d’Asie vers nos entrepôts en France avec un transport largement maritime est jusqu’à deux fois moins émetteurs que des trajets routiers entre le Portugal et la France.

Depuis le bilan, nous avons mis un plan d’action précis pour réduire nos émissions de CO2 sur la partie transport consistant en l’acheminement de nos produits :

COMMUNIQUER SUR L’IMPACT CARBONE ET LA PART ASSOCIÉE DES DIFFÉRENTS MODES DE TRANSPORT 

En 2019, nous avons communiqué sur les réseaux sociaux, en interne et à nos partenaires sur l’impact que le transport pouvait avoir sur nos émissions ainsi que des indices de comparaison.

Par exemple, voilà pour rappel des ordres de grandeur d’hypothèses liés aux émissions de CO2 selon les modes de transport :

  • A l’international : 1 tonne de produits FAGUO émet sur la route 10 fois plus de gaz à effet de serre (0,38kg équivalent de CO2/unité) qu’en bateau (0,020kg équivalent CO2 /unité) sur une distance d’un kilomètre.
  • En France, en 2015, un Chronopost émet environ 0,6kg équivalent de CO2.

COMPARAISON DE L’IMPACT CARBONE DES DIFFERENTS MOYENS DE TRANSPORT DEPUIS L’ASIE

AUGMENTER LA PART DE TRANSPORT FERROVIAIRE DANS LE CADRE DE L’ACHEMINEMENT DES PRODUITS FAGUO

Nous avons mis en place un nouveau circuit d’acheminement des produits FAGUO depuis l’Asie. Dès l’été 2019, nous sommes arrivés à faire partie des marques pouvant exploiter la ligne de train qui relie la Chine à l’Europe. En effet, nous avons acheminé 15% de notre production par train. Cela permet de polluer cinq fois moins que le bateau, que nous utilisons historiquement. A titre comparatif, cela permet d’économiser 60 000 kg de CO2 soit 750 A/R Paris – Marseille en voiture ! Financièrement, le train coûte en moyenne plus de deux fois ce que coute le transport maritime pour une cargaison équivalente.

En 2020, nous avons pour objectif d’acheminer 50% de nos produits par train. Cela nécessite une gestion des produits sortant de nos ateliers particulièrement fine afin de bien remplir les conteneurs dans le but de les faire voyager pleins. En effet, tenant compte des particularités de chaque moyen de transport, cela nous oblige à trouver un bon mix entre conteneurs ferroviaires et maritimes, tout en privilégiant l’acheminement ferroviaire.

Réussir à privilégier le ferroviaire est donc un des challenges que nous essayons de relever pour les prochaines années. Cela dépend de différentes variables comme la bonne arrivée des produits groupés, en temps et en heure, sur les plateformes de chargement, de la volumétrie pour bien remplir les conteneurs et de la disponibilité des cargaisons. Nous gardons toujours une idée en tête : réduire nos émissions de CO2 !

 

IDENTIFIER DES PARTENAIRES LOGISTIQUES « BAS CARBONE » POUR LE FRET ENTRANT ET SORTANT

Afin de baisser nos émissions de CO2 durablement, nous travaillons toujours en veille de nouvelles solutions permettant d’optimiser l’empreinte engendrée par le transport de nos produits. Les courts trajets réalisés par la route, à l’image de la problématique du fameux dernier kilomètre, est un des domaines que nous nous efforçons d’améliorer constamment. Evidemment, l’acheminement du Portugal est aussi un de nos challenges.